Mais, en regardant bien, quelques fleurs ont éclos.

Nous croyons être parvenus au stade supérieur. Mais non, sur la gauche, une escalier perdu dans la végétation mène encore plus haut!

De ces hauteurs « babylonesques », des parties de Conliège se laissent entrevoir...

...avec plus ou moins de frondaisons pour les ornementer!

On resterait volontiers sur ces hauteurs...

...bien enchâssées dans les attributs de Dame Nature...

...On serait même tenté d’aller chercher des vestiges au sein des friches centenaires. Mais il faut se montrer raisonnable, aujourd’hui. Des kilomètres de marche restent à couvrir.

Encore un coup d’œil côté vallée...de la Vallière, puisque nous sommes toujours dans les arrières du domaine prisé par moult moines solitaires, aux temps anciens.

Il faut redescendre...avec les précautions adéquates!

Accès voûté à un bâtiment annexe.

Avant de quitter la cour frontale, jetons un coup d’œil sur le mur bâti quelques mètres au-dessus.

Autre vision du portail d’entrée...et de sortie.

Devant nous commence le chemin aménagé (nettement plus large et aisé que celui qui monte depuis l’ancienne gare de Conliège!). Il nous conduira à Coldres.

Pour qui craindrait de s’égarer en ces flancs archi-boisés de nos Reculées, il est opportunément conseillé de mémoriser les chiffres du balisage de sentier.

Quelques dizaines de mètres après avoir laissé l’Hermitage, le chemin décrit une épingle à cheveu et monte selon la même pente douce...

...puis oblique sur la droite en un point où l’on a ménagé un petit belvédère, à gauche...

...avec vue plongeante sur l’Hermitage et Conliège, en contrebas. 

Au demeurant, depuis ce point, le regard peut embrasser une étendue plus vaste de l’agglomération conliègeoise.

         Page précédente

         Page précédente

Zone de Texte: