Sur ce sentier, en été, les herbes abondent. On s’y fait mais, tout de même, ça monte un peu( une quarantaine de mètres à gravir).

Après avoir marché sur le plat pendant 300m environ, nous rencontrons un nouveau chemin, balisé lui aussi, qui se dirige sud-sud-ouest, à prendre à droite.

Le chemin, tantôt dégagé, tantôt herbu.

On continue entre résineux et feuillus.

On y rencontre une cuvette...que l’on remonte allègrement.

Quittons ce chemin, tournons à gauche et mettons le cap sur La Fontaine en Serein. Nous culminons à 555m.

Avant de nous engager sur ce nouveau sentier, jetons un dernier coup d’œil sur celui que nous venons d’emprunter.

Pas toujours dégagé, ce sentier!

Mais relativement agréable malgré tout.

Il serpente légèrement en descendant très légèrement vers la clairière de Serein.

On débouche entre les fougères.

Et voici que s’offre devant nous la vue de cette clairière aux très vénérables tilleuls et...

...au fond d’une cuvette, la fontaine proprement dite. A savoir une sorte d’auge en pierre, alimentée par une modeste source et, en aval, un bassin cerné d’une balustrade.

C’était sans doute le seul point d’eau, à cette altitude, au cœur du Bois de Perrigny. Un panneau nous indique qu’en ce lieu aurait pu se tenir des foires aux bestiaux...autrefois.

Tout à l’heure, nous quitterons La Fontaine en Serein par ce sentier, vers la droite. Mais, auparavant, comprenons les raisons de très récents aménagements.

Explication: les vénérables tilleuls présentent des risques de chutes de branches, donc, par temps venteux, on est incité à contourner la clairière par un nouveau chemin de ceinture.

Et c’est reparti, sans arrêt jusqu’à Conliège.

Simplement, le sentier sur lequel nous sommes maintenant, rencontre deux fois des laies d’exploitation forestière, où il convient de ne point s’égarer.

         Page précédente

         Page précédente

Zone de Texte: