Il ne fallait pas manquer de contempler la fameuse Cascade des Tuffes.

Un lieu ne serait pas reconnu comme « touristique » s’il ne s’y trouvaient pas quelques vendeurs de bibelots.

A l’évidence, cette année, même en plein été, les nappes phréatiques sont comblées d’aise, comme notre regard!

Petite vision à la dérobée des frondaisons qui font face à la cascade.

Vue plus proche de la Cascade des Tuffes.

Il faut remonter, maintenant. Nous allons nous détourner de l’itinéraire classique, en utilisant un sentier qui serpente sur le flanc des éboulis.

Un sentier pas désagréable, sous les arbres et en pente régulière.

Ce sentier a rejoint le sentier officiel juste au pied de la trouée et de ses nombreuses marches.

Après avoir fourni l’énergie potentielle requise par la dénivellation —et transpiré en conséquence— abreuvons-nous encore une fois de ces beaux paysages.

Vue « zoomée » sur le village de Baume les Messieurs.

Zone de Texte:

Nous remontons la petite route qui dessert Jura-Bétail.

Après être repassé devant Jura-Bétail, nous franchissons le point que nous avions atteint par le chemin qui débouche sur la gauche, en provenance de la D471.

Après quelques centaines de mètres de terrain plat, commence une lente descente, vaguement parallèle à la D471 dans les Monts de Pannessières.

Mais, contrairement à la « grande route », le trafic est quasi nul, ici!

Au demeurant, les gros flaques d’eau qu’on y rencontre ne sont guère bousculées!

On circule parfois en sous-bois, parfois en clairière.

 

************************************************************************************************************

Sur le chemin du retour
via
La Chaumette
et la
Fontaine en Serein

         Page précédente

         Page précédente

Zone de Texte: