Zone de Texte: PLATES-FORMES DES ANCIENNES VOIES FERREES
·       LONS-CHAMPAGNOLE……………………            Voie normale (1,435m)
Début :1891   Fin voyageurs :1938  Fin marchandises :1953  Déferrement :1960
·       CFV du Jura (Chemins de Fer Vicinaux)……Voie métrique(1,00m)
Lons→Saint Claude/→Arinthod/→Foncine le Haut
Début :1898   Suppression totale :1948

         Page précédente

Zone de Texte:      PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM     PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM     PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM     PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM     PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM     PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM     PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM     PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM    PLM

 

            Etat en mai 2008

 

         Des travaux significatifs ont été accomplis depuis un an, sur les tracés des deux anciennes voies ferrées, qui gravissaient les reculés de ces deux villages.

 

En premier lieu, si l’on excepte le plus haut tunnel, dit « galerie du faîte », toujours occupé par une entreprise vinicole du plateau, tous les souterrains de la ligne Lons-Champagnole ont été libérés. Mieux, le Grand Tunnel ou Tunnel de la Diane (environ 900m), entre Vertancul et Fontenaille est éclairé par rampes de tubes fluorescents, placés en son axe sommital. Le Tunnel des Tilleuls est équipé de la même façon, mais non encore raccordé au réseau électrique.

         Toutes les balustrades ont été complétées et/ou refaites. En revanche, hormis un nettoyage classique, le sol n’a pas reçu un nouveau revêtement. Trois tunnels (Grand, Tilleuls, Revigny1) bénéficient de la couche (chaux ou ciment léger) mise en place par le précédent exploitant de la champignonnière.

         D’après quelques renseignements recueillis oralement auprès de résidents supposés bien informés, on discute pour savoir s’il y a lieu de poser un bitume ou d’aménager un piste gravillonnée. Aux dernières nouvelles, c’est ce dernier revêtement qui aurait le vent en poupe. Les avis étaient assez partagés sur les conséquences du bitumage du viaduc de Courlans (anc. Ligne Lons-St Jean de Losne). Selon certaines sources, les travaux pourraient s’étendre sur trois années.

 

En second lieu, s’agissant de la plate-forme CFV (Lons-St Claude, Arinthod, Foncine le Haut), on ne peut que se féliciter de la sécurisation du Viaduc de Revigny, dont les balustrades, par endroits presque manquantes, ont été entièrement remplacées par des garde-corps robustes et de style. On peut désormais franchir sans risque cet ouvrage de grande hauteur avec des enfants !

         De surcroît, ont été posées des rambardes en gros rondins de bois sur des centaines de mètres, allant bien au-delà du simple remplacement des barrières d’origine, insuffisantes et souvent détériorées, voire détruites. A noter que le même matériel a été installé, mais en bien moindre quantité, sur la plate-forme Lons-Champagnole. Les balustrades du Viaduc de Vertancul ont été conservées, simplement munies d’une barre les réhaussant.

         On se félicitera des travaux accomplis pour conforter l’entrée du Tunnel CFV, dans la reculée de Revigny, côté Lons, qui menaçait ruine il y a encore deux ans.

         Mais, intérieurement, ce petit tunnel en courbes inversées est toujours aussi hétéroclite et présente un sol où alternent flaques d’eau et pierres diverses. Son entrée, côté plateau, est en bon état apparent.

         Après  débroussaillage, le tracé est praticable jusqu’à l’ancien franchissement à niveau (très oblique) de l’ancienne RN78, situé 400 m environ avant d’atteindre le plateau. Néanmoins, son cheminement, en surplomb de la chaussée, présente des dangers (absence de vrais garde-corps), dans les derniers 300 mètres. Seul un vague balisage attire l’attention. Sans compter un petit éboulement de pierres (50cm d’épaisseur) qu’il faut traverser avec précaution (5m à 10m environ).

     

         Les tunnels de Lons-Champagnole paraissent en bon état. En particulier, le Grand Tunnel (ou Tunnel de la Diane) est remarquablement bien conservé quant à sa maçonnerie intérieure. On y retrouve les traces de suies inhérentes au passage des locomotives à vapeur (dernière circulation régulière : octobre 1953) et, curieusement, sous l’action de l’humidité ambiante, on perçoit encore vaguement l’odeur du charbon !

         Grosso modo ce tunnel, pris à partir de Vertancul, montre une première courbe à droite, sur 250m environ. Sur son premier hectomètre, le sol est resté brut, avec pierres éparses. Puis jusqu’à son extrémité, côté Fontenaille, un ciment léger (confectionné pour son exploitation en champignonnière) le revêt uniformément. 250m ou 300m après l’entrée, le tunnel présente un alignement de plus de 400m, très confortable avec l’éclairage. Il s’achève par une nouvelle courbe à droite, sur 150m environ, avant de sortir devant l’ancien PN de Fontenaille.

         Les parois, à gauche et à droite, à un mètre du sol, sont encore hérissées de tubes métalliques dépassant d’une trentaine de centimètres, sur près des trois quarts du parcours. Il s’agit probablement de tiges qui supportaient des chemins de câbles ou des tablettes en rapport avec la culture des champignons. On a commencé à les couper, côté Fontenaille, mais il en subsiste beaucoup, rendant l’approche des murs assez redoutables pour les cyclistes !

         Peu avant le milieu de l’ouvrage, on est intrigué par deux orifices, à gauche et à droite. Celui de gauche est partiellement muré. On y découvre l’existence de deux chambres symétriques, de quelques mètres de profondeur, d’une architecture très particulière. Il se dit que de telles cavités étaient la règle pour des ouvrages d’art de ce type, destinées à recevoir d’éventuels explosifs en vue d’une destruction volontaire (objectifs militaires…).

         Extérieurement, l’entrée sud (Fontenaille) voit son parement se déliter sérieusement, à gauche. L’accès Nord (Vertancul) se tient encore, mais est menacé par les infiltrations d’eau.

         En ce qui concerne le tunnel de Revigny2, on observe que la partie « faux tunnel » a été fermée par un grillage. Elle reste toutefois accessible par l’extérieur…et par destruction partielle dudit grillage (remarquée le 11 mai 2008). Ce tunnel n’est pas revêtu de ciment léger. Il dispose d’une arrivée d’eau permanente, à 50m de son entrée, à gauche, en montant, ayant déposé une abondante couche d’accrétion calcaire.

         Le pont métallique a été muni de barrières supplémentaires. 80% des cornières métalliques qui, au sol, fixaient les gros longerons en bois qui portaient les rails, ont été découpés au chalumeau. Celles qui subsistent constituent un danger pour les vélos !

         Enfin, nul ne sait dire, actuellement, si le tunnel d’arrivée sur le plateau, repéré sur les cartes sous l’appellation « galerie du faîte » finira par être libéré. Il oppose un obstacle, tant réel que symbolique, à une circulation continue et fluide entre Perrigny et Chatillon et au-delà, vers Champagnole. Aujourd’hui, il faut gagner le plateau par un sentier tortueux, puis, à droite, emprunter la petite route de Publy sur 400m pour, finalement, regagner le tracé de l’ancienne voie ferrée en parcourant 500m du GR59 vers le nord.

         Une dernière remarque, si l’on escalade la balustrade en bois, récemment posée, qui borde l’issue nord-est du tunnel Revigny2, et que l’on s’approche de la sortie du faux tunnel, on ne manque pas de s’interroger sur la pertinence qu’il y avait à forer un nouveau tunnel plus près de la paroi rocheuse. En effet, visuellement tout au moins, rien ne permet de penser que le terrain remblayé était aussi instable que supposé à l’époque (années 1880). Plus d’un siècle s’est écoulé et, si l’on en juge par l’ancienneté de la végétation présente, aucun signe de craquement ou d’effondrement ne s’est manifesté depuis ! Au demeurant, à cet endroit, la pente du terrain est tellement réduite qu’on se trouve pratiquement en présence d’un petit plateau culminant presque à l’altitude de la base du pont métallique. Y établir une halte (mais le tourisme était encore balbutiant) aurait pu s’envisager…

 

          

         Page précédente

PLM%20et%20CFV%20m

Juillet 2008                                                                                                          Daniel Chaffanjon 

Environs de Conliège et de Revigny

 

2009

 

           Au début de l’été, on pouvait considérer que la première partie de la voie verte était achevée. Pratiquement, de Perrigny jusqu’à l’ancien passage à niveau de Fontenaille, à Conliège, les travaux sont achevés et la plateforme est accessible et sécurisée dans sa forme définitive. Piétons et cyclistes sont autorisés; les engins motorisés sont exclus. De par son revêtement en gravier fin, cette voie n’est pas conçue pour accueillir les rollers.

         La deuxième partie, comprise entre Fontenaille et le débouché sur le plateau est restée sensiblement dans l’état où elle était un an auparavant, lors de la création de ce site. La démolition des ruines en parpaings, restes des locaux de l’entreprise en charge des tunnels transformés en champignonnières, a été réalisée en septembre 2009. Dans la foulée, le tunnel des Tilleuls, équipé du nécessaire pour son éclairage depuis plus d’un an, vient d’être raccordé au réseau électrique, mais l’éclairage n’est pas encore activé (le 28/11/2009). Les nombreuses traverses, vestiges de la voie ferrée, encore en place entre les Cents Marches et le premier tunnel de Revigny, paraissent toujours gênantes à certains promeneurs. S’agissant de Revigny 2 (ou de Rochechien) et de son faux tunnel accolé, les grillages de séparation ont disparu, sauf un. Il a été procédé à un nettoyage de végétation en sortie du faux tunnel. La Galerie du Faîte est plus que jamais hors circuit puisque son propriétaire vient de faire poser un ensemble plaques murant fermement son entrée sud! Déjà des tags sont apparus sur une surface si tentante...

         Encore quelques mots sur la première partie. Quoique peu spectaculaire, le confortement des abords, y compris la réhabilitation des caniveaux, témoigne des efforts accomplis au premier semestre 2009. Les barrières en rondins de bois, ainsi que les bancs et les tables jalonnent désormais l’ouvrage selon les principes généraux de ce genre de réalisation. Les cyclistes disposent même d’arceaux pour y fixer leur vélo le temps d’une escapade pédestre.

 

         En mai 2009 la plateforme CFV, dite du Tacot, ne présentait pas de modifications significatives, en comparaison de nos observations effectuées en 2008. Le tunnel en S, du fond de Revigny, offrait un sol toujours aussi irrégulier.

 

         On regrette de plus en plus l’absence d’un sentier reliant les plateformes PLM et CFV, vers le fond de Revigny et la Guillotine.

 

NOUVEAU

2010

         Année calme pour nos deux voies vertes (ex PLM ex CFV):  pas de crédits pas de travaux! De Perrigny à Fontenaille, ce qui a été réalisé les deux années précédentes paraît satisfaire la plupart des utilisateurs, piétons et cyclistes. Au-delà de Fontenaille, à part l’édification du petit bâtiment relatif à l’éclairage des deux tunnels de Revigny, rien de saillant. Le tunnel des Tilleuls attend toujours d’être mis en lumière bien que, depuis déjà deux ans, ses rampes d’éclairage soient en place. Il semble que se pose un problème général de frais d’exploitation, spécialement pour les communes traversées. Les dépenses d’électricité n’en serait qu’un des aspects.

         Cependant, un bon point peut être donné quant au débroussaillement des abords. Avec un petit couac, malgré tout, s’agissant de l’abattage d’arbres jugés dangereux, à proximité de la voie. Il est navrant, en effet, de constater que, trop souvent, les troncs, en tombant, ont endommagé des balustrades. C’est flagrant pour le viaduc de Vertancul et, dans une moindre mesure, pour le pont métallique qui fait suite au tunnel de Revigny 2.

         Pour les nostalgiques de la voie ferrée Lons-Champagnole, les vieilles traverses en bois qui subsistent entre le remblai des Cents Marches et Revigny, ont quelque chance de demeurer en l’état pendant..un certain temps. Car, comme le murmure la vox populi, les finances des collectivités locales vont subir La Crise.

         Que cela ne nous empêche pas de garder la santé en nous promenant dans la verdure!

Progression des « voies vertes »