Page précédente

         Page précédente

Zone de Texte: DES RUINES EN ATTENTE D’EXPLICATION AU-DESSUS DU LIEU PROBABLE DE L’ANCIEN CHÂTEAU DE REVIGNY

Aspect de la ruine N°1 (la plus vaste et la plus basse) qui se voit en montant depuis le « bief » de notre fameux « chaînon manquant ».

Autre apparence de la ruine n°1.

Vue d’un peu plus haut, la ruine laisse se découvrir la trace d’un mur relativement long. Pourrait-il s’agir des restes d’un fortin?

Les arbres donnent une idée de la pente accentuée du terrain qui entourent aux trois quarts la bâtisse ruinée.

La ruine n°2 laisse des traces plus imprécises. Elle se situe plus sur le plateau.

Au pied de l’arbre, des restes de ce qui aurait pu être un ouvrage lié à des besoins d’alimentation en eau.

         Précisons d’emblée que les ruines en question n’ont rien de grandioses. Elles se présentent sous forme de deux petits enclos délimités par des soubassements de murs en pierres sèches, distants de quelques dizaines de mètres. Le plus vaste, et le plus bas, occupe une position stratégique puisqu’il a été édifié sur une pointe avancée et étroite du plateau qui domine la zone plate sur laquelle devait être implanté le château de Revigny, détruit lorsque la Franche Comté fut annexée par la France de Louis XIV, au 17ème Siècle. Mais il se peut que les enclos aient été bâtis à une époque beaucoup plus ancienne et qu’en réalité les ruines actuelles ne soient que les restes d’anciens postes d’observation de la haute vallée de la Vallière.

         Pour situer les ruines, on se reportera à la carte de la page suivante sur laquelle elles figurent sous l’appellation « ruines découvertes récemment ».

Quelques pas en direction du versant nord (à la pente très accentuée) nous révèlent des traces de « civilisation » récentes. On se trouve en présence d’un vague sentier qui rattrape le cheminement de bord de plateau, dans le bois du Milieu.

Nous débouchons effectivement sur ce chemin, à peu de distance de la limite de communes. Moralité de l’histoire: il vaut mieux « attaquer » les ruines par le haut que par le bas!

La ruine n°2 laisse des traces plus imprécises. Elle se situe plus sur le plateau.

Au pied de l’arbre, des restes de ce qui aurait pu être un ouvrage lié à des besoins d’alimentation en eau.